Encore et toujours

Encore et toujours sont des mots d’amour
Même si encore est parfois signe de désaccord
Tu dors encore,espèce de pécore!

Encore et toujours sont des mots d’amour
Encore rime allègrement avec trésor
De l’aube à l’aurore,je t’aime encore et encore.

Encore et toujours sont des mots d’amour
« Je t’aime encore tu sais,je t’aime »me amor
« Toi mon amour,est-ce que tu m’aimeras toujours? »

Encore et toujours sont bien des mots d’amour
Quand ils sont dits avec le coeur,au petit jour
Quand ils sont dits avec ardeur,sans détour
Encore et toujours sont toujours et encor des mots d’amour!

©Pain d’épices(15/03/2006)

Maribelle

Le léopard a repéré sa proie
Fraîche et tendre,elle est croquante.
Grâcile,il passe à côté de moi,
Tapie je me recroqueville ,tremblante.

Le fauve va n’en faire qu’une bouchée,
La gazelle va se faire croquer,
La belle n’a pas senti le danger;
Je suis sauve,j’préfère m’éloigner.

©pain d’épices(27/02/2006)

recluse

Loin de son artiste,la muse est triste
Rien ne l’amuse,elle vit recluse.
Sage,elle attend un message.
Tu l’imagines,à la sanguine tu la dessines.
Egérie de tes écrits,sa vie tu colories.
Dans tes poèmes,elle lit »je t’aime »!

©pain d’epices(10/02/2006)

J’ai fait le tour des îles…

J’ai fait le tour des îles du Ponant
De Bréhat aux Glénan,en passant par Ouessant
Telle Eve cherche son Adam
Pour retrouver mon amant.
Où étiez-vous p’tit chenapan?

J’ai erré à Noirmoutier
Traversé les étiers
Emprunté tous les sentiers.
Dépitée,j’ai dû rentrer à pieds.
Où étiez-vous caché?

A Saint-Martin-de-Ré,j’me suis aventurée
Expié tous mes péchés,
Juste croisé un héron pourpré.
Bien sûr,j’me suis égarée.
Où étiez-vous mon adoré?

A Oléron,j’ai tourné en rond
Grimpée au phare de Chassiron,
Je n’ai rien vu à l’horizon.
J’ai dû m’tromper dans la saison.
Où étiez-vous,p’tit polisson?

Cet été,si vous me pardonnez
J’irai jusqu’à l’île de Beauté;
C’est là q’ j’espère vous trouver
Pour des vacances ensoleillées.
M’attendrez-vous,mon bien-aimé?

©pain d’epices(06/02/2006).

ingénue

je suis naive,j’suis sa captive
ingénue,j’tombe des nues
j’lui fait des confidences,c’est de l’insouciance
j’lui révèle des secrets,j’tombe dans ses filets
chez moi,point d’hypocrisie,juste un brin de fantaisie
entre nous point d’interdits,il me l’a dit
dans mon potager,j’cultive candeur et sincérité
j’aimerais le voir déconcerté,lui injecter un sérum de vérité
il me fait gamberger,j’aime sa dextérité
dans mon jardin court un galopin,un chaud lapin
j’aime le satin,les p’tits calins
j’appelle un chat un chat
et sans bla-bla,j’ose lui dire que j’aime ça.

©pain-d’epices(29/01/2006)

voilà voilà voilà

je sais bien que je ne devrais pas
te chercher ici et là
rire aux éclats
me jeter dans tes bras
t’embrasser tendrement comme ça
m’acheter des jolis bas
te retrouver dans les sous-bois
pleurer quand t’es pas là
écouter mon coeur qui bat
vibrer au son de ta voix
frissonner de haut en bas
te dévorer comme une » barbe à papa »
fredonner des « fiou là là »
je sais bien tout ça,et cétéra,et cétéra
mais…voilà,voilà,voilà

©pain-d’epices(20/01/2006)

incognito

Petit pierrot ne m’ouvre pas sa porte
Il me ment,qu’importe
Sa poésie,ses récits me transportent.

Il vole mes mots,incognito
Parfois il,parfois elle,il change de pseudo
Avec lui, je deviens oiseau.
Il est partout sur la toile,
Je suis son étoile,
Sur son bateau, je mets les voiles.
Il boit mes paroles,
Alors je m’affole ou je me gondole,
IL est mon idole.
Etre supérieur,un rien manipulateur,
Parfois il me fait peur,
Moi qui ne suis rien,rien qu’un coeur qui pleure.
Seule sur ma banquise,
Il me croit acquise,
Je suis tout simplement conquise.
Tous les jours, trouve un nouveau décor,
En secret je l’adore,
Pour moi,il vaut de l’or,c’est mon trésor.

Dans sa caravane,vie de bohème,
Qu’il vente ou qu’il neige,le tzigane écrit des poèmes.
De ma cabane,j’observe son manège,

Moi petite gitane,je lui crie: »je t’aime »!
©pain-d’épices(11/12/2005)

mes mots, mes maux


mesure..démesure
amour..demi-tour
amusé..désabusée
parée..égarée
emparé..désemparée
enchainée..déchainé
tendu..étendue
câlin..chagrin
magie..nuit de folie
ne pas t’aimer..t’adorer
souffrir..sourire
n’être rien..tout donner
l’air de rien,s’abandonner

©pain d’épices(06/12/2005)

l’amour, c’est…

l’amour,c’est nos deux coeurs perdus dans l’irréel qui se retrouvent dans le réel
l’amour,c’est le calme après la tempête,le soleil après la pluie
l’amour,c’est la larme qui redevient sourire
l’amour,c’est la peur qui se dissipe,la confiance retrouvée,le secret qui se dévoile,le masque qui tombe
l’amour,c’est le démon transformé en ange
l’amour,c’est la chrysalide métamorphosée en papillon
l’amour,c’est le volcan endormi qui se réveille
l’amour,c’est le frisson qui t’envahit comme une vague de chaleur
l’amour,c’est nos deux corps qui s’enchainent pour libérer nos ames
l’amour,c’est le rêve qui devient réalité,le gris qui se colorie de rose…

©pain d’épices(05/12/2005)

sur une île, un trésor

J’ ai découvert un trésor sur une île. La légende dit que chaque île recèle un trésor. C’est ici , dans cette petite crique, où je m’étais égarée que je l’ai trouvé. C’est là,abandonnée, à l’abri des regards, à l’abri du vent et des marées, que la malle gisait , encore bien scellée, mais je n’ai pu m’empêcher de l’ouvrir.

 Cette malle n’aurait pas intéressée les pilleurs de trésor, elle ne renfermait ni armes, ni bijoux, ni pièces d’or; elle abritait les correspondances d’une jeune femme amoureuse, des lettres et des poèmes inspirés par la passion qui l’animait , les enveloppes étaient encore cachetées , elles n’ont jamais été expédiées, peut-être par pudeur, ou par peur des conséquences de cet amour impossible. Certaines d’entre elles ont même été brûlées, il en reste quelques cendres et aussi quelques bribes sur un papier chiffonné, qui me laissent imaginer la détresse d‘une femme blessée.

Y’a-t-il eu trahison, rupture ou abandon ?

Elle semble s’être exilée ici pour l’oublier.

1...1617181920

kantinof |
quelques mots parmi tant d'... |
MA PETITE FEE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La plume et les mots du Gabon
| Mona... lit ça!
| le blog de jeanluke